PDF

Cet article a été traduit automatiquement pour des raisons de commodité.

Sef.Talk Remote Work – Culture d’entreprise et gestion communautaire

Dans le deuxième épisode de Sef.Talk, le 30 avril, tout tournait autour de la culture d’entreprise et de la gestion de la communauté au sein du bureau à domicile.
Comment établir une culture d’entreprise également via les canaux numériques ?
Quel est le rôle du contact personnel ?
Comment le bureau à domicile affecte-t-il votre propre bien-être ?

Parmi les invités figuraient Michaela Christian Gartmann (PwC Suisse), le Dr Gianina Viglino-Caviezel (Hamilton Bonaduz AG) et Daniel Aebersold (Nexplore AG). Comme toujours, l’événement a été animé par Carlo Badini, fondateur et PDG de Cleverclip.

Préférez-vous être en direct lors du prochain Sef.Talk ? Alors sécurisez votre place ici. Si vous avez manqué le dernier épisode, vous pouvez le revoir ici.

Carlo Badini: Et nous sommes en direct. Salutations, Mesdames et Messieurs. Je m’appelle Carlo Badini. Je suis le fondateur et le PDG de Cleverclip et je voudrais vous souhaiter la bienvenue à la deuxième édition de SEF.Talk. Le sujet du jour est la culture à distance et la gestion des communautés. Je souhaite la bienvenue à Gianina Viglino, Michaela Christian Gartmann et Daniel Aebersold. Gianina est directrice des ressources humaines et du développement durable à Hamilton, Michaela est responsable du capital humain chez PWC et Daniel Aebersold est PDG de Nexplore. Comme la dernière fois, nous allons discuter pendant 30 à 45 minutes. N’hésitez pas à poser des questions à tout moment dans le chat. Nous y répondrons également de manière ad hoc si cela s’avère opportun. Sinon, nous y reviendrons à la fin de la discussion. Mais avant de commencer, je voudrais m’adresser à mes trois invités afin qu’ils puissent se présenter rapidement. Michaela, voulez-vous commencer tout de suite ?

Michaela Christian Gartmann: Oui, avec plaisir. Bonjour, je suis très heureux d’être ici. Je m’appelle Michaela Christian Gartmann. Je suis le responsable des ressources humaines de PWC Suisse. Nous employons environ 3400 personnes en Suisse et, avec mon équipe, je suis responsable de toutes les questions relatives aux ressources humaines, de la stratégie à la mise en œuvre. Je suis un professionnel des RH passionné. Je travaille dans ce domaine depuis plus de 20 ans, dans des rôles et des responsabilités variés, et maintenant depuis décembre 2012 dans le rôle actuel de PWC Suisse. J’attends avec impatience cet échange dans le domaine du travail à distance et de la culture, ce sont tous des sujets qui m’occupent naturellement beaucoup et j’attends avec impatience cet exposé.

Carlo Badini: Merci. Super. Gianina, voulez-vous continuer ?

Dr Gianina Viglino-Caviezel: Oui, merci beaucoup. Bienvenue aussi de mon côté. Je suis également très heureux de parler à mes collègues du travail à distance. Comme Carlo l’a dit, je travaille à Hamilton en tant que directeur des ressources humaines et du développement durable. Hamilton est une entreprise de technologie médicale et de style de vie. Elle a certainement une très forte présence médiatique en ce moment avec, entre autres, des produits de chez nous, puisque nous fabriquons des ventilateurs, mais aussi de la robotique dans les diagnostics et les tests, ce qui est un gros problème au moment de Corona. Hamilton est une entreprise internationale qui emploie environ 3000 personnes. Nous avons un caractère très américain, grâce à notre fondateur et à la famille propriétaire, mais nous sommes très fortement représentés au niveau international et faisons définitivement partie de l’alliance. L’un de nos deux principaux sites, le plus grand, se trouve à Bondauz dans les Grisons. Et mon équipe et moi-même sommes responsables de l’ensemble des processus RH, et aussi très fortement en relation avec l’ensemble / la communication, qui est certainement un sujet d’actualité et l’ensemble du travail culturel, qui est un sujet très présent à Hamilton, parce que nous avons commencé un grand projet l’année dernière, nous sommes également autorisés à le faire, notre entreprise.

Carlo Badini: Super. Vous souhaitez nous parler de vous ?

Daniel Aebersold : Oui, beaucoup. De mon côté également : Bienvenue. Je m’appelle Dänu Aebersol, je travaille pour la société Nexplore. Tout le monde ne connaît peut-être pas encore la société Nexplore. Nous sommes une entreprise de logiciels. Nous sommes environ 70 personnes.  Nous faisons des solutions, des développements individuels, des solutions CRM, mais aussi des plateformes de collaboration, qui pour le moment l’une ou l’autre a un peu de demande. Un peu plus vite qu’il ne l’aurait cru. Nous sommes sur la route depuis quatre ou cinq ans et avons un peu changé notre forme d’organisation. Nous sommes passés de la forme classique d’organisation à l’holocratie. Nous avons également remarqué qu’à l’heure actuelle, c’est quelque chose qui nous a beaucoup aidés, où nous sommes également étonnés que cela nous aide et oui, je suis curieux de cette conversation et je l’attends avec impatience.

Carlo Badini: Super. Alors je dirais, commençons tout de suite. On commence une fois au Danemark. Vous avez déjà dit lors de l’entretien préliminaire que vous pouviez travailler de n’importe où.  Vous gagnez votre argent avec le développement et la mise en œuvre de logiciels. Comment Covid-19 vous a-t-il influencé maintenant ? Que s’est-il passé depuis que l’ensemble du sujet est devenu pertinent ?

Daniel Aebersold: Oui, comme je l’ai dit, depuis longtemps déjà, nous avons l’idée que les gens peuvent travailler où ils veulent, s’ils veulent travailler pour nous lors d’un voyage autour du monde ou à la maison, sur la route, où qu’ils soient. Nous avons un site à Berne et un autre à Thoune. Nous sommes donc habitués à ce que nos réunions soient souvent éloignées et ne se déroulent pas toutes dans la même pièce, ce qui n’est pas nouveau. Ce qui est certainement nouveau maintenant, c’est qu’il est prescrit, donc nous travaillons à la maison maintenant. Cela se passe en fait très bien en ce moment. Mais ce que vous remarquez bien sûr, l’aspect culturel, la cohésion, qui est en fait un facteur très important pour nous, se perd parfois un peu. Je ne peux plus faire le tour de l’entreprise très rapidement, on se voit autour d’un café, il suffit peut-être de se regarder dans les yeux et puis on sait qu’il est un peu moins bien et puis on voit qu’on peut échanger quelques mots avec lui. C’est un peu plus difficile en ce moment parce qu’il faut toujours être très conscient du fait que l’on doit se rencontrer pour cet échange. Bien sûr, nous avons / établi, oui, alors nous en viendrons au fait, ce que vous pouvez faire, que vous pouvez compenser un peu. D’autre part, nous avons remarqué qu’avec notre structure et les formes de réunion qui accompagnent la Holacracy, nous avons un énorme avantage ici, à savoir que nous avons déjà établi tous ces navires. Nous sommes habitués à avoir une réunion très structurée une fois par semaine au sein du cercle.  Cela fonctionne très bien, même s’il y a 30 ou 40 personnes dans le groupe, où vous devrez peut-être vous faire une idée des réunions en ligne. J’ai été étonné parce que je me suis rendu compte, en fait seulement maintenant, que cela a un énorme avantage pour nous. Et pourtant, il faut dire que nous nous manquons les uns les autres.

Carlo Badini: Michaela (unverständlich 0:07:04)?

Michaela Christian Gartmann: Oui, je pourrais ressentir un peu de sympathie pour moi-même en ce moment, parce que ce que le Danois m’a dit est aussi très réel pour moi. Et il y a aussi des choses qui me manquent, bien sûr. Chez nous, c’est pour qu’en tant que société de conseil, nous soyons déjà très habitués à travailler partout. Néanmoins, depuis la crise de Corona, c’est maintenant un nouveau cadre pour nous où nous travaillons tous depuis chez nous. Et c’était aussi quelque chose qui devait être mis en œuvre très rapidement. Cela signifie que nous avons maintenant également été confrontés à un ou deux défis dans le domaine des ressources humaines, par exemple. Par exemple, nous avons dû mener virtuellement tous les entretiens, que nous faisons normalement en face à face.  Nous avons dû adapter notre formation. Et de ce point de vue, c’est maintenant une situation nouvelle pour nous aussi. Nous travaillons principalement avec Google Hangout, c’est-à-dire du point de vue de l’endroit où vous vous voyez. Mais je pense toujours qu’il y a une différence, donc si je regarde ma vie quotidienne, par exemple, je suis généralement en réunion pendant la journée, je vois des gens et maintenant tout est virtuel. Et c’est aussi comme ça, surtout l’échange informel, je pense qu’il faut vraiment le cultiver consciemment. Je pense que c’est aussi quelque chose de très important pour la solidarité dans cette situation. Et je le résous, par exemple, en faisant simplement un café virtuel de temps en temps. Ou maintenant aussi lors d’une réunion, où vous racontez juste un peu de ce qui se passe dans votre vie pendant les premières minutes. De ce point de vue, je comprends très bien ce que dit Dänu, même si nous sommes dans des contextes très différents, et j’ai hâte de revoir d’autres face-à-face.

Carlo Badini : Gianina, à Hamilton, je suppose, je veux dire qu’ils font des outils de diagnostic et si le produit fonctionne, quelqu’un sera certainement sur place. Comment avez-vous fait ? Vous avez déjà dit que sur le plan commercial, vous pourriez certainement faire des bénéfices, le mot “bénéfices” n’est pas le bon, mais pour vous, c’est une période passionnante. Comment y faire face ?

Dr Gianina Viglino-Caviezel : Eh bien, les choses se sont certainement passées très différemment pour nous que pour nos deux collègues. Nous avons également envoyé au siège social certaines personnes qui peuvent vraiment travailler à domicile, notamment mon équipe des ressources humaines. C’est nouveau pour nous, donc nous, en tant qu’entreprise industrielle, nous travaillons sur place, dans notre entreprise. Il est rare que nous travaillions dans un bureau à domicile. Mais d’un autre côté, nous avons pu faire remonter de ces ventilateurs, que nous fabriquons et qui doivent être remontés relativement rapidement, en raison de cette demande. Nombre d’employés, lignes de production, nous avons dû passer à des équipes différentes pour répondre à cette demande extrême. D’autre part, nous devions également assurer la sécurité des employés. Nous avons introduit des mesures de sécurité extrêmement rapides et très élevées. De la mesure de la fièvre au maintien de ces distances sociales, en passant par toutes les mesures d’hygiène. Nous avons très rapidement mis en place une ligne d’assistance téléphonique corona avec un médecin qui s’est porté garant pour nous, afin de donner à nos employés un sentiment de sécurité sur place, dans le but que le lieu de travail à Hamilton soit au moins aussi sûr que celui où l’on peut travailler à la maison. Mais ont dans notre situation, pourrait travailler très fortement dans la culture dans ce contexte et en tirer profit. Comme je l’ai dit au début, nous avons lancé un grand projet culturel l’année dernière et l’avons présenté pour Noël, entre autres avec la vision de / et / d’améliorer la vie des gens. Et c’est ce que nous faisons actuellement, donc cette situation nous a vraiment permis de le prouver. C’est aussi un certain (?sens de l’objectif) pour les employés et une motivation. Dans notre entreprise, les gens font énormément d’heures supplémentaires et dépassent vraiment un peu la limite, car ils doivent et peuvent contribuer à la survie d’autres personnes dans des situations aussi difficiles. Et puis nous avons eu deux ou trois expériences qui, bien sûr, étayent un peu tout cela. Lorsque soudain, M. Berset et M. Koch viennent voir l’entreprise à ces moments-là pour jeter un coup d’œil à la production. Ou lorsque les Superpumas atterrissent soudainement à côté du bâtiment de l’entreprise et viennent chercher ces ventilateurs. Cela vous rend extrêmement fier et c’est bien sûr très bénéfique en raison de tout ce travail culturel.  (incompréhensible 0:11:48)

Carlo Badini: Comment faire ? Eh bien, nous sommes organisés de la même manière que Dänu, nous avons un bureau ici à Berne, qui fonctionne comme un espace de travail interne. Les employés qui travaillent en Suisse, dans les environs de Berne, sont les bienvenus, mais ils ne sont pas obligés de venir ici. Et nous avons des employés qui ont toujours été obligés de travailler à domicile dans ce sens. Et pour nous, le fait qu’il n’y ait pas deux cultures a toujours été un défi, et l’est toujours. Qu’il n’y a pas une seule culture des gens qui se rencontrent et se voient ici, et qu’il y a une deuxième culture des gens qui ne se rencontrent pas. Et que vous y parvenez d’une manière ou d’une autre, surtout quand il est tellement divisé en deux, que certaines personnes doivent ou peuvent être sur place et que les autres ne le peuvent pas, que vous essayez d’une manière ou d’une autre d’atteindre tout le monde de manière inclusive. Comment avez-vous résolu ce problème avec Hamilton ? Vous avez dit que votre service, par exemple, travaille maintenant à domicile. Avez-vous fait quelque chose pour qu’ils se sentent fiers lorsque le Super Puma vient chercher les ventilateurs ?

Dr Gianina Viglino-Caviezel : Il faut dire que beaucoup de choses ont changé pour les gens sur place. Parce que cet aspect de la sécurité pour nos employés est très important pour nous. Il est très difficile de se réunir et de prendre un café sur place. Nous n’autorisons pas les groupes de plus de deux personnes. Dans notre cantine, en ce moment, nous avons monté une deuxième tente, car elles sont tellement espacées que ces deux mètres sont vraiment conservés. Là aussi, nous ne faisons pas de compromis. C’est une préoccupation majeure pour nous afin de pouvoir garantir cette sécurité, parce qu’en particulier en période d’insécurité, la sécurité est d’autant plus importante, le besoin de sécurité. Et c’est certainement aussi une tâche de gestion très forte et importante. L’une de nos valeurs essentielles est la suivante : nous communiquons activement. Et nous avons vraiment communiqué de manière intensive, nous avons régulièrement récupéré nos employés, partagé des histoires avec eux, introduit un blog Corona, pour que les gens soient vraiment toujours à jour. Qu’il s’agisse de ceux qui travaillent avec un ordinateur portable dans l’entreprise ou de ceux qui sont à la maison. Et bien sûr, les trucs classiques que les autres ont probablement fait aussi. Vous vous retrouvez virtuellement pour prendre un café, boire une bière à la fin de la journée, décrocher le téléphone au lieu de la fonction “chat” et prendre ce temps pour parler de choses et d’autres. Un exemple : dans notre département RH, nous avons créé un groupe “whatsapp” ; au tout début, tous les postes de travail à distance étaient présentés (incompréhensible 0:12:28). Nous devions nous assurer que les gens étaient bien préparés, car il n’est pas habituel que nous travaillions à la maison et là où ces Superpumas ont pris l’avion, certains d’entre eux l’ont vu de chez eux et ont mis les photos dans notre chat. Je crois que ces sous-équipes, qui travaillent ensemble de manière très forte, et bien sûr les dirigeants sont également nécessaires, qui promeuvent cela et créent cet échange avec le peuple.

Carlo Badini : Qu’avez-vous introduit chez PWC pour promouvoir la culture de gestion communautaire, même si tout le monde n’est pas au bureau?

Michaela Christian Gartmann: C’est une bonne chose que notre vie quotidienne normale soit telle que la plupart de nos employés soient sur place chez les clients, et c’est pourquoi nous devons travailler avec les navires partout où nous nous voyons encore et encore. Et ce que nous avons fait maintenant pendant la crise, c’est d’une part, nous avons des webcasts avec notre PDG, où il donne régulièrement des mises à jour et où les employés peuvent poser des questions. Nous avons également des communications régulières de notre gestionnaire de crise sur l’ensemble de la situation de crise, sur toutes les précautions que nous prenons. Et nous avons également choisi différentes méthodes de communication, que nous avons maintenant à nouveau testées. Par exemple, nous avons lancé une nouvelle plate-forme interne pour nos communications. C’était le plan avant la crise, mais il vaut maintenant son pesant d’or, car il nous permet de parler aux gens de manière beaucoup plus interactive, et cela nous aide dans cette crise à bien comprendre les choses : Quels sont les besoins des gens ? De quoi ont-ils besoin ? Et c’est vraiment génial.

Carlo Badini : La plateforme interne, est-elle utilisée par les employés ?

Michaela Christian Gartmann : Oui. Oui. Et vous avez également la possibilité de travailler en tant que communautés, et nous avons actuellement un programme dans le contexte de la santé : être bien, travailler bien. Et nous avons maintenant pu adapter toutes les activités sur la base des réactions des personnes présentes, dès à présent via cette plateforme. Et nous y avons également testé différentes choses maintenant. Ce dont les gens ont besoin, ce qu’ils soutiennent. Et nous y organisons des sessions hebdomadaires, par exemple sur des sujets que les gens veulent voir et nous pouvons donc maintenant, bien sûr, offrir une valeur ajoutée très spécifique aux personnes dans cette situation.

Carlo Badini : Dänu, comment faites-vous ? Avez-vous aussi Whatsapp, ou avez-vous Slack ? Eh bien, je suppose que vous avez déjà, d’une manière ou d’une autre…

Daniel Aebersold: Eh bien, nous utilisons / dans notre entreprise et bien sûr nous avons les canaux individuels qui correspondent à la structure de notre cercle, que nous avons déjà vécu très fortement avec les chats, avec le stockage de données, mais aussi avec le téléphone, la vidéoconférence, etc. Cela fonctionne. Eh bien, je dirais que l’échange opérationnel dans notre société n’est pas différent de ce qui se fait habituellement. Nous n’avons pas eu à changer grand-chose, car nous avions déjà vécu de cette façon auparavant et nous pouvions simplement passer à autre chose. Mais ce que vous avez vite remarqué, c’est qu’il faut y réfléchir : Comment parvenons-nous à ressentir cette cohésion malgré elle ? Que vous pouvez échanger des informations non seulement de manière opérationnelle, mais aussi de manière informelle en tant qu’entreprise. Et c’est là que nous avons donné vie à certaines choses assez rapidement. Par exemple, nous avons simplement un rendez-vous continu pour tous les employés, appelé “coin café”. C’est toujours le cas. Si quelqu’un se joint à ce coin café, qui est simplement une pièce virtuelle, alors tout le monde peut le voir. Si vous voyez ah maintenant le / vient de se verrouiller ou qui que ce soit, je veux lui parler rapidement, alors il va aussi rapidement dans ce café. Ensuite, il y a un certain échange, comme une petite compensation de l’ensemble, qui est très simple, ce que vous n’avez pas eu à gérer, vous restez juste là.

Carlo Badini: (incompréhensible 0:18:50) cette fonctionnalité ?

Daniel Aebersold : Désolé, je ne vous ai pas compris.

Carlo Badini: Comment la fonction est-elle utilisée en conséquence ? Maintenant, le coin café par exemple.

Daniel Aebersold : Toute la journée. On voit sans cesse quelqu’un entrer, deux ou trois personnes s’approchent, puis dix minutes de discussion. Et puis il n’y a plus personne. C’est très bien et c’est utilisé très activement. C’est quelque chose qui balaie. Que nous avons ensuite mis sur les jambes, parce que les travailleurs culturels, les comédiens, etc. n’ont pas beaucoup l’occasion en ce moment de gagner quelque chose ou de se montrer sur une scène. Chaque jeudi soir, on fait un appel comme ça, on invite quelqu’un et puis il y a un pick-me-up pendant une demi-heure, c’est ce qu’on leur a dit. Là, nous avons un comédien ou un artiste qui nous divertit un peu. Encore une fois, nous avons pu travailler sur quelque chose, en plus de l’aspect opérationnel, qui fonctionne et donne un peu de variété. Il y a quelques jours, un défi photo a été lancé depuis le bureau à domicile, quelqu’un a commencé à se prendre en photo, puis l’équipe a développé une telle dynamique et tout le monde s’est pris en photo au bureau à domicile et nous l’avons monté. De telles choses ont été créées, ça balaie, parce que j’ai le sentiment que tout le monde réfléchit un peu à la façon dont nous pouvons le gérer, que nous pouvons encore maintenir une telle cohésion même maintenant, pendant tout ce temps.

Carlo Badini: Chez PWC, les canaux ou l’intranet que vous avez mis en place sont-ils également utilisés pour des discussions privées ou non seulement professionnelles ? Parce que nous avons eu des difficultés au début à aborder des sujets aussi drôles, parce que chaque fois que vous vous rencontrez dans une réunion, l’affaire est toujours la première chose qui vient au premier plan. Et c’est la même chose pour nous. Nous avons un intranet, une plate-forme de communication, où l’entreprise est toujours le premier sujet au premier plan. Nous avons ensuite essayé de créer un sentiment de communauté au cours des dernières années. Par exemple, ce que nous faisons et ce qui fonctionne très bien, c’est qu’une fois par semaine, tout le monde reçoit une question : Qu’est-ce qui vous a inspiré cette semaine ? Vous pouvez ensuite publier une vidéo ou un article de blog que vous avez lu ou quelque chose comme ça, et les gens peuvent alors répondre. Cela fonctionne très bien, par exemple. Mais à part cela, nous avons toujours eu un peu de mal à utiliser ces canaux formels pour s’amuser de temps en temps. Comment cela se passe-t-il pour vous ?

Michaela Christian Gartmann : Oui, c’est aussi mon expérience. Ce que je vois maintenant, c’est que, surtout dans ces communautés, il y a bien sûr un échange sur ces sujets. Par exemple, il a été question de la communauté “be well, work well”, où l’on échange par exemple. Quels sont les conseils pour pouvoir bien travailler au bureau à domicile. Et bien sûr, il y a aussi des commentaires personnels. Mais maintenant comme ça, je dis qu’en tant que canal informel, cette plateforme n’est pas encore adaptée à cela, peut-être qu’elle se développera. Et là, je vois que nous travaillons maintenant davantage avec des navires spéciaux. Par exemple, mon équipe et moi prenons le petit déjeuner une fois par mois et je le prends virtuellement et c’est là que l’échange informel a vraiment lieu. Je trouve aussi que c’est très excitant, ou maintenant vous regardez chez tout le monde, et de ce point de vue cela donne une proximité différente. Et puis quelqu’un qui vit aussi dans le ménage passe, ou des enfants viennent à l’écran. Et cela nous donne une autre proximité et c’est plus détendu. Je remarque aussi que par ce biais, tout à l’heure aussi simplement dans cet échange, et parce qu’il y a beaucoup moins de séparation entre le quotidien professionnel et la vie de tous les jours, que cela s’imbrique encore plus l’un dans l’autre. Qu’il prend alors plus de place. Et je pense que c’est une belle évolution.

Carlo Badini: C’est vrai, je n’y avais jamais pensé, les chats vidéo, peut-être pas si vous avez un fond artificiel, sont en fait très intimes. Vous regardez dans le salon ou dans le bureau.

Michaela Christian Gartmann: C’est vrai.

Carlo Badini : C’est exact.

Michaela Christian Gartmann : Et il y a toujours des nouveaux venus passionnants et je pense que la partie informelle est devenue plus forte grâce à la façon dont nous travaillons maintenant. Je trouve aussi cela passionnant, j’ai des gens dans mon équipe qui sont à différents endroits. Et la plupart des employés se trouvent à Zurich. Et ces personnes, dans d’autres lieux, disent qu’elles se sentent beaucoup plus intégrées maintenant parce qu’elles voient en fait les gens beaucoup plus souvent qu’auparavant. Parce qu’avant cela, c’était vraiment comme ça, vous vous rencontriez en face à face et les autres se joignaient à vous, mais ce n’était pas la même chose. Et j’ai trouvé très excitant que ces personnes se sentent maintenant plus connectées, parce que la situation est la même pour tout le monde. Vous vous connectez, vous vous regardez dans le salon ou dans le bureau et vous avez une bien meilleure idée de la vie de chaque collègue.

Carlo Badini: Gianina, avez-vous réussi à avoir des échanges informels ?

Dr Gianina Viglino-Caviezel : Oui, c’est plus dans nos équipes. C’est vraiment comme ça, notre outil ne le permet pas pour l’instant, mais nous utilisons l’internet, pour que les gens puissent vraiment échanger. Plus dans les équipes inférieures, vous pouvez voir que c’est un autre type de communication, de cohésion. Ce que j’ai remarqué avec force, c’est le besoin de divertissement, surtout pour ces personnes. Je suis la neuvième semaine au bureau à domicile, ce qui signifie que je suis allé à une vraie réunion le matin et que je suis rentré chez moi après. Que certaines personnes ont juste ce besoin de conversation. Qu’un appel téléphonique peut prendre un peu plus de temps que d’habitude et que vous avez vraiment le sentiment que ces collègues parlent et ont besoin de bavarder et cela a beaucoup à voir avec cela. Et d’autre part, tout cet aspect de la sécurité, surtout avec notre équipe, la ligne d’assistance Corona, que nous avons mise en place. Nous avons remarqué très, très fortement que vous avez naturellement des caractères différents dans une telle crise. Certains d’entre eux sont très forts et peuvent très bien gérer la situation, et pour eux, il suffit qu’ils obtiennent des informations du gouvernement l’après-midi lors des conférences de presse. Et puis il y a aussi d’autres employés qui avaient vraiment peur et avaient besoin de sécurité. Ensuite, c’était aussi notre travail, et cela faisait aussi partie du bâtiment culturel, de prendre ce temps pour répondre aux questions trois ou quatre ou cinq fois. Je l’ai déjà dit plusieurs fois.  Pour donner vraiment cette sécurité et faire comprendre aux gens que vous n’êtes pas seul dans ce processus, qu’une personne soit seule au bureau à domicile et se sente peut-être un peu seule, ou que l’autre personne travaille sur place et ait peut-être peur du trajet pour se rendre au travail. Que vous essayez vraiment de prendre les gens là où ils sont et de traverser la crise ensemble. Je considère cela comme une tâche de gestion de crise de notre côté de la culture.

Carlo Badini : Je l’ai remarqué avec moi-même, je l’ai dit la dernière fois. J’ai soudain commencé à appeler des gens sans ordre du jour précis. À un moment donné, lorsque vous n’avez que vos quatre murs autour de vous et que vous n’avez personne à qui parler, alors vous forcez le contact. Et puis j’ai commencé à appeler les employés sans ordre du jour précis. Pour demander comment cela fonctionne et ce qu’ils font. Et j’ai également commencé de manière très cohérente, ce qui s’est maintenant avéré être une bonne idée, avant toutes les réunions que nous avons, qui sont toujours très rapidement liées aux affaires, à prendre simplement cinq minutes de mon temps et à demander comment ça se passe, ce qu’ils font. Donc de toujours reporter ce Watercooler-Talk avant les réunions. Qu’ensuite nous avons simplement toujours une courte pause et pour échanger rapidement un peu d’informations de manière informelle sur la façon dont les choses se passent chez nous. Qu’est-ce qui vous manque, ou où remarquez-vous que l’échange personnel et le contact personnel dans la culture et le développement de l’entreprise, qu’est-ce qui vous manque ? Quelle sera la première chose que vous ferez lorsque vous reviendrez à la normalité, ce que vous introduisez ?

Michaela Christian Gartmann: Alors, présentez-vous, je me réjouis simplement de l’échange personnel à nouveau. Pour moi, cette situation est un peu comme l’apprentissage d’une nouvelle langue. Quand je rentre dans une pièce, je vois la dynamique de groupe, je vois comment les gens se portent. Je vois comment les gens travaillent ensemble sur un sujet. Et bien sûr, c’est beaucoup plus difficile aujourd’hui dans un cadre purement virtuel. Surtout quand plusieurs personnes sont ensemble dans un appel vidéo, c’est juste plus difficile et j’attends cela avec impatience. Mais il y a aussi beaucoup de choses pour lesquelles j’espère que vous pourrez vraiment les prendre en charge. Par exemple, j’ai été très impressionné par la façon dont vous avez pu faire un changement en si peu de temps et je pense que c’est quelque chose qui vous lie vraiment. J’ai également constaté que les gens font des efforts supplémentaires et qu’ils réussissent vraiment à traverser cette période ensemble, ce qui vous soude également. Je pense que c’est une ressource incroyable pour plus tard, même si vous voyez avec quelle rapidité vous pouvez vous retrouver dans une situation complètement nouvelle. C’est une ressource incroyable quand on voit cela.

Carlo Badini : Qu’est-ce que vous emportez avec vous, donc il y a des procédures concrètes ou des outils ou des rituels que vous emporteriez avec vous dans le nouveau monde maintenant, lorsque les choses reviendront à la normale, concrètement ?

Michaela Christian Gartmann: Eh bien, je pense qu’une chose est vraiment la collaboration virtuelle. Pour l’instant, tout est virtuel. Cela vous donnera certainement de nouvelles possibilités de trouver le navire là où vous auriez pu avoir l’impression auparavant qu’il ne fonctionnerait pas. C’est pourquoi je pense qu’elle va générer un nouvel état d’esprit en termes de flexibilité et de mobilité. Je pense que c’est certainement une chose importante à emporter avec vous. Je pense maintenant, surtout pour ces personnes qui ne travaillent pas au même endroit que mon équipe, que j’ai brièvement expliquée auparavant, qu’il faut vraiment regarder là, que vous avez cet échange régulier partout où vous vous voyez. Et là, je peux très bien imaginer que ces navires que nous avons, Google Hangout dans notre cas, travaillent sur ces sujets, que cela continuera à exister. Je le pense aussi, et j’aimerais pouvoir le faire, la connexion personnelle, parce que vous vous voyez simplement beaucoup plus. Les enfants ont soudainement un visage, etc., je pense que c’est quelque chose qui donne un lien plus fort, quelque chose qu’il faut absolument garder. Mais dans le cas des navires, pour moi c’est plutôt dans le domaine de la collaboration virtuelle, parce que nous travaillons maintenant aussi ensemble sur des projets, par exemple, là où autrement notre vie quotidienne est déjà, mais maintenant parce que tout le monde est au bureau à domicile a simplement une forme différente.

Carlo Badini: Dänu, je suppose que vous avez dit que vous aviez déjà plus ou moins la même configuration technique.

Daniel Aebersold : Oui, bien sûr, mais il y a bien sûr des différences. Par exemple, à l’heure actuelle, nous travaillons avec les clients, nous travaillons de manière complètement différente. Dans le passé, nous nous voyions toujours et étions ensemble dans la même pièce chaque fois que cela était possible. Aujourd’hui, de nombreuses réunions sont également organisées de manière virtuelle afin que nous puissions travailler ensemble avec le client. Nous avons embauché au moment où ils ont dit, avant même la fin de la réunion, qu’ils voulaient que quelqu’un voit cette personne et que cette personne aurait pu voir le bureau vide avant de pouvoir être embauchée. Certaines choses ont changé. J’espère qu’on enlève de ce temps, qu’on pense plus spécifiquement : Que choisissons-nous ? Quel canal choisir ? Un voyage à travers la Suisse permet-il de discuter pendant une heure ? Ou est-ce que cela a plus de sens actuellement si nous le faisons virtuellement, maintenant que nous avons vu que cela fonctionne. Mais aussi dans les endroits où vous remarquez que prendre une bière ensemble après le travail est tout simplement plus agréable si vous êtes dans la même pièce et si vous pouvez vraiment porter un toast à l’autre, rester à côté des gens et les regarder dans les yeux sans caméra. C’est juste plus agréable et j’espère que nous pourrons tirer les bonnes choses de cette période, qui nous a obligés à faire un pas en avant et à le garder. Et pas seulement revenir à zéro.

Carlo Badini: Oui, c’est drôle que vous disiez cela, c’est ce que nous espérons, ce dont nous avons discuté en interne. Chez nous, le travail à distance s’est toujours arrêté sur le site du client, car celui-ci a généralement recherché une collaboration physique. Tout d’un coup, cela a fonctionné sans problème et tout le monde s’est soudain rendu compte que cela fonctionne bien de maintenir une réunion en ligne, surtout si elle est uniquement orientée vers les affaires. Et nous espérons qu’à l’avenir, nous pourrons faire davantage de travail pour nos clients par voie numérique, ce qui serait bien sûr formidable. C’est certainement le cas chez nous, nous avons une retraite une fois par an où toute l’entreprise va quelque part pendant une semaine. Cela aurait encore été le cas en juin ou juillet. Nous serions alors tous allés en Croatie, qui est bien sûr maintenant aussi tombée à l’eau. J’attends avec impatience de pouvoir le faire à nouveau. C’est toujours un moment incroyablement important pour nous de mieux nous connaître en privé. Cela nous rapproche toujours plus. Je crois que toute la crise nous a montré, surtout pour les employés suisses qui se sont vus régulièrement, bien qu’ils n’y soient pas forcément obligés, qu’elle nous a mis dans une meilleure position, comme l’a dit Michaela, par rapport à ceux qui ne sont pas au bureau. Je pense que la culture numérique l’a essentiellement favorisée, parce que tout le monde est dans le même bateau et qu’il fallait voir que l’on se soucie un peu des autres. Gianina, qu’est-ce que tu emmènes avec toi ?

Dr Gianina Viglino-Caviezel : Chez nous, c’est un peu divisé. Les différents services, qui constituent une grande partie de notre entreprise, ne pourront pas non plus travailler à distance à l’avenir. Là, il n’y a tout simplement pas de problème. Je suis d’accord avec ce que vous avez dit. Nous sommes tous impatients de nous revoir et de reprendre le travail. Il s’agit aussi de faire fonctionner le numérique et de l’emporter avec soi. Que vous réfléchissiez également à l’outil qui sera le bon à l’avenir. Ce qui, dans notre cas spécifique, est certainement un sujet à travers lequel nous sommes actuellement dans une transformation culturelle, qui en 2020 aurait en fait été sous le titre “Atelier de l’État et l’ancrage de ces valeurs dans toute l’Europe, une fois comme un objectif pour cette année. Bien sûr, il est tombé à l’eau, mais nous avons pu prouver que nous pouvons vivre et montrer certaines de ces valeurs, en tant que vision, mais aussi que nous communiquons activement.  L’aspect de la durabilité, c’est-à-dire que nous ne remettons pas nos ventilateurs là où nous recevons le plus d’argent, mais là où il y a le plus de besoins. Cette reprise positive, nous l’emporterons certainement avec nous dans l’équipe des RH, afin de poursuivre ce travail d’ancrage des valeurs. Et de dire, hé, nous n’avons pas fait ce que nous voulions cette année, mais nous avons beaucoup dans la culture et ce que nous sommes, notre identité, et la culture n’est rien d’autre que l’identité, le caractère, l’ADN d’une entreprise, nous pourrions y travailler de manière très positive. J’aimerais beaucoup voir cette reprise, si nous pouvions la prendre avec nous, avec tous les autres aspects positifs, et aller de l’avant vers Corona dans un avenir proche.

Carlo Badini : Super, je pense que c’est une très belle finition. J’ai regardé dans le chat, dans le chat de questions-réponses, il n’est pas arrivé grand chose cette fois-ci, ou plutôt rien du tout, sinon nous l’aurions repris. Bien entendu, cela ne pose aucun problème. Je pense qu’à ce stade, je voudrais vous remercier tous les trois. Merci beaucoup pour cette discussion très passionnante. Je voudrais également remercier le public pour l’avoir mis en marche et maintenant, cette fois, surtout pour l’avoir écouté. Si vous souhaitez regarder à nouveau le flux en direct, vous pouvez le faire sur le site SEF.Talk. Si vous voulez en savoir plus sur le travail à distance, vous pouvez télécharger notre guide du travail à distance à l’adresse suivante : cleverclipstudios.com/remoteworkguideforunternehmen. C’est un peu long. Le prochain SEF.Talk aura de nouveau lieu dans une semaine à la même heure. Vous pouvez donc déjà vous inscrire à nouveau et réserver votre place, sur le thème du leadership avec la Remote-Workforce. Nous serons là : Felix Graf, PDG de la NZZ, Beat Bühlmann, directeur de la PME Swisscom, Christian Keller, PDG d’IBM Suisse. J’attends donc avec impatience un autre échange d’idées très intéressant. D’ici là, je vous souhaite à tous de rester en bonne santé et de vous dire au revoir.


Don't forget to share
Something and something else, right ? (FSP)

Tablet Version Starts Here

Something and something else, right ?

Tablet Version Ends Here

Related Content

Mobile Version Starts Here

Untitled-1.jpg
Something and something else, right ?

Mobile Version ends Here