PDF

Cet article a été traduit automatiquement pour des raisons de commodité.

Avez-vous entendu parler de l’Holacratie ? Certains disent que c’est le nouvel espoir de la gestion organisationnelle. D’autres disent que c’est juste du battage médiatique. Peu importe de quel côté vous êtes – ou même si vous n’en avez jamais entendu parler – vous pouvez en tirer des leçons. Au moins, chez Cleverclip, nous en avons beaucoup appris.

Mais l’un après l’autre. Qu’est-ce que l’Holacratie, d’ailleurs ? Fondamentalement, c’est exactement le contraire d’un modèle hiérarchique. L’Holacratie est une structure organisationnelle horizontale dans laquelle le pouvoir est divisé entre des groupes auto-organisés. Les personnes qui sont responsables de quelque chose ont également le pouvoir de décider comment ce travail est effectué. Les rôles de liaison, appelés “liens”, font partie de plusieurs groupes et veillent à ce que les actions soient menées en fonction des objectifs interentreprises.

Holacracy a été fondée au milieu des années 2000 – Brian Robertson est considéré comme un pionnier. L’Américain a expérimenté des pratiques d’organisation plus démocratiques dans son entreprise de logiciels Ternary et a ainsi développé cette nouvelle forme de gestion. Robertson a fait de l’Holacracy sa principale source de revenus et a fondé une société de conseil qui aide les entreprises à appliquer cette nouvelle philosophie. Enfin, il a écrit le livre “Holacracy : The New Management System for a Rapidly Changing World”.

Pour ceux qui ne veulent pas lire les 240 pages complètes, voici un aperçu des principales leçons que nous avons tirées de Holacracy chez Cleverclip.

Leçon 1 : Vous devriez dire au revoir à votre description de poste.

La procédure de réglage Cleverclip se compose toujours de ces éléments principaux : Lire l’offre d’emploi, envoyer les documents de candidature, entretien, journée d’essai. Dès que le dossier est rayé, le rôle pour lequel la demande a été soumise est accepté. Mais nous avons appris à ne pas considérer ces rôles comme fixes. Nous considérons plutôt que nos domaines de responsabilité sont dynamiques.

Pourquoi ?

– Parce que nous croyons que l’expérience dans d’autres rôles peut montrer d’autres forces et faiblesses. Cela a été confirmé par notre motion designer Carlos, qui se spécialise dans l’animation et la conception de concepts.

– Parce que notre environnement change constamment. Notre rédactrice Anine est devenue consultante après avoir optimisé les processus pour nos vidéos de gribouillage.

– Parce que nos connaissances peuvent être utiles dans de nombreux domaines différents. C’est pourquoi j’écris ce blog ici en tant que consultante – et notre rédactrice Ariane est devenue une recruteuse lorsque nous cherchions un autre conteur.

Leçon 2 : Tu devrais le faire comme un patron.

Darwin l’avait reconnu : “Ce ne sont ni les espèces les plus fortes ni les plus intelligentes qui survivent, mais celles qui peuvent le mieux s’adapter au changement.” Et cela peut aussi être transféré dans le monde des affaires. Comment rester agile et motivé chez Cleverclip ? En appliquant le principe holacratique de l’autorité distribuée.

Chacun d’entre nous a beaucoup d’autorité dans son domaine de travail. Fondamentalement, nous sommes tous nos propres patrons. Cela signifie, par exemple, que lorsque je commence un nouveau projet en tant que consultant, les personnes créatives ont la liberté de décider de travailler ou non avec moi sur ce projet. Ils jugeront sur la base de leur expérience, de leur charge de travail et de leur intérêt. Une fois qu’ils sont d’accord, c’est à eux de gérer leur calendrier et de me livrer les résultats à l’heure convenue.

De plus, nous faisons tous partie d’un groupe particulier. Dans mon cas, c’est le groupe de consultants. Dans ce cercle, nous nous rencontrons une fois par semaine et discutons, par exemple, des obstacles que nous avons rencontrés. Toutes les initiatives qui ont été discutées pour résoudre d’éventuels problèmes peuvent être mises en œuvre immédiatement – parce que nous n’avons pas un patron du patron du patron du patron qui doit d’abord approuver l’idée. Si un changement affecte les cercles d’un autre groupe – par exemple ceux des artistes plasticiens – les “liens” mentionnés ci-dessus doivent entrer en contact.

Leçon 3 : Vous ne devriez pas vous inquiéter de quoi que ce soit.

C’est dans la nature humaine d’être utile – une qualité admirable, n’est-ce pas ? Nous étions enclins à être d’accord, mais avec le temps, nous avons dû apprendre que parfois, la meilleure stratégie est de ne pas se soucier des autres ou de quoi que ce soit d’autre. Laissez-moi vous expliquer pourquoi.

Dès qu’un problème surgit, beaucoup de gens veulent s’en occuper et le résoudre. Par exemple, si un collègue ne peut pas faire face à la quantité de travail et demande de l’aide, vous êtes le premier à lui proposer de le remplacer. Problème résolu. Pour l’instant.

Parce que cette situation vous amène à perdre de vue vos propres priorités. C’est aussi une occasion manquée pour les deux parties – employés et entreprise – d’apprendre et de s’adapter (Hello Darwin !). Peut-être que votre collègue a du mal à dire “non”. Ou peut-être qu’il a besoin d’être renforcé au sein de l’équipe ? Laisser le problème surgir – par exemple lors d’une réunion – et l’aborder d’une manière structurée.

Leçon 4 : Vous devez déclarer la guerre au chaos

L’autogestion peut sembler un modèle abrupt de chaos. Prenez un peu d’ambiguïté au sujet de votre propre rôle, un certain manque de réglementation et une certaine intrigue entre collègues. Ajoutez ensuite un peu de processus incomplets. Et voilà – le chaos est scellé et la productivité est probablement à son plus bas.

Il nous est rapidement apparu clairement que chez Cleverclip, nous avons tous besoin de plus qu’une certaine attitude pour que l’autogestion fonctionne. Il doit être clair qui a quel rôle et quelles responsabilités incombent à quelle personne – et surtout qui n’en a pas.

De plus, les règles du jeu doivent être claires et équitables – et les processus doivent toujours être documentés. Ainsi, tout le monde sait exactement quand faire quoi !

Vous trouverez d’autres idées et suggestions dans notre Newsletter


Don't forget to share
Something and something else, right ? (FSP)

Tablet Version Starts Here

Something and something else, right ?

Tablet Version Ends Here

Related Content
Sinn und Zweck von Umfagen
Communication

Objectif des enquêtes 

Créer correctement les enquêtes  Les enquêtes ne sont pas exactement une nouvelle invention

Mobile Version Starts Here

Untitled-1.jpg
Something and something else, right ?

Mobile Version ends Here